L'écho des rames

Publié le par L'échodesrames

"Le projet « L' écho des rames » est né de la passion des océans que je partage avec Eric, mon père. Il avait ce projet complètement fou depuis plusieurs années de traverser l'Atlantique Nord en solitaire et à la rame. Mais il lui manquait une cause, une raison, un moteur ! Un jour, je lui ai parlé du cas des globicéphales noirs, de la situation mondiale des populations de requins, et de tant d'autres beautés en périls. Et l'aventure a commencé."

 

Les fulgurantes évolutions vécues par l'Homme ces dernières décennies, et l'utilisation parfois abusive des nouvelles avancées technologiques, ont entrainé la production de systèmes qui se révèlent aujourd'hui parfois incompatibles et en déséquilibre avec l'environnement et les écosystèmes dont nous avons besoin pour vivre. Les Hommes en tant que citoyens et individus, sont confrontés à de nouveaux enjeux économiques et environnementaux d'ampleur internationale.

Ce projet est née du besoin de plus en plus présent d'offrir une voix aux océans. La concrétisation de cette action prend la forme d'une traversée-record jamais effectuée auparavant, d'un soutien aux recherches scientifiques, et d'une diffusion à grande échelle autour de thèmes océaniques choisis avec soin.

Eric Meunier, qui construira lui même le bateau qui le portera courageusement par delà ses convictions, est de ceux qui contribuent à la transmission d'un monde riche de sa biodiversité aux générations futures. 

 

Une traversée de deux mois de 3272 km (à vol d'oiseau) au cap 43.23 (1767 miles nautiques), jamais effectuée auparavant, au nom d'une cause de plus en plus cruciale: la préservation des océans. Nous avons fait des globicéphales noirs (aussi appelés Baleines-pilotes) notre emblème.


map-copie-1
 

Nous avons perdu 30% de notre biodiversité en quelques années. Il faut une action qui se démarque des autres, un moment fort, que n'importe qui puisse suivre, depuis chez lui ou sur le terrain, afin de sensibiliser les gens à la préservation des océans. C'est aujourd'hui que nous pouvons oeuvrer ensemble pour que les enfants de demain connaissent la vie marine ailleurs que dans les musées.

Trois étapes clefs:

la construction qui s'effectuera dans la commune d'Otterburn Park, non loin de Montréal, au Québec. Elle impliquera la participation volontaire des habitants le souhaitant, et sera retransmise par un quotidien local.
 

L'équipement du bateau et l'entrainement du rameur qui s'effectuera sur le fleuve Richelieu, non loin de Montréal.
 

La traversée de l'Atlantique Nord, partant de St John à Terre-Neuve pour rejoindre les Iles Féroé, retransmise par différents médias (TV, presse, web).

 

Sept éléments à retenir:

Une traversée historique : historiquement il faut remonter vers l'an 980 avec Le Viking Erik le Rouge et l'an 1000 avec Leif Ericsson. Tous deux venaient de Norvège et ont effectué cette traversée en passant par les iles Féroé. Ils se servaient de Drakkars propulsés à la rame et à la voile, ce qui leurs a permis 400 ans avant Christophe Colomb de découvrir l'Amérique. 

 

Une traversée-record : cette traversée de l'Atlantique Nord, à la rame et en solitaire, n'a jamais été effectuée auparavant, et sera enregistrée comme traversée-record par la Ocean Rowing Society.
Le rameur partira de St John à Terre-Neuve (Canada), pour arriver environ deux mois plus tard et 3272 km plus loin aux Iles Féroé. 

 

Une action éco-responsable :
-Construction du bateau en contreplaqué époxy.
-Electricité fournie par des panneaux solaire et pile à combustible à l'éthanol.
-Propulsion à la rame.
-Déchets de la traversée biodégradable ou ramenés au Québec pour
récupération.
 

La préservation des Océans à l'honneur : pendant et après la traversée, de grands thèmes océaniques seront abordés dans les médias : acidification des océans, raréfaction du plancton, situation des requins, 7eme continent de déchets... Chaque thème sera abordé en compagnie de chercheurs et d'ONG spécialisées dessus. Plateaux télévisées, intervention radios, diffusion sur une WEBTV, articles de journaux, et évènements seront autant d'outils permettant de faire connaître ces sujets au public. 

 

La biodiversité : Le globicéphale noir, emblème de la traversée, est un des grands oubliés de nos océans. Ce magnifique dauphin noir est pourtant présent dans de nombreuses zones maritimes d'Europe et du Canada.
Son statut est flou, et les lois le protégeant quasi inexistantes. Les recherches autour de son espèce sont peu fournies, et les menaces qui pèsent sur l'espèce peu prises en compte.
En Europe, il est tristement connu au travers de la chasse qu'il subit chaque année aux Iles Féroé. Mais les Féroé sont aussi un des lieux où l'on étudie cette espèce, au même titre que d'autres lieux plus connus, tels que Gibraltar ou le Sanctuaire Pelagos (Méditerranée).
Nous l'avons choisi car le faire connaître du grand public permettra d'ouvrir la voie à plus d'études à son sujet. Ce grand bavard des mers est sans nul doute un allié de choix dans ce combat qu'Éric mènera durant sa traversée : donner une voix aux océans.
Une série d'épisode sera consacrée à cette espèce, et nous élaborons des fiches pédagogiques et instructives à son sujet. 

 

Une participation active du public et des médias : grâce à un
équipement satellite permettant la retransmission en direct du déroulement du
projet, du lancement de la construction du bateau à l'arrivée aux Iles Féroé.
L'épopée sera suivie sur la Web TV d'Echo5, et sur les réseaux sociaux grâce à une application innovante.
 

Le soutien à la recherche : La navigation à la rame, lente, silencieuse et empruntant une importante route migratoire de cétacés est un support d'observation idéale. Le bateau sera équipé d'hydrophones (micro
sous-marin) couplés à un GPS qui enregistrera le passage de groupes de mammifère marin.


Des valeurs au coeur de notre époque:

Une épreuve physique et sportive d'envergure en faveur des océans.

La protection de la biodiversité océanique dont dépend la vie terrestre.

La prise de conscience environnementale, afin de fournir un monde riche de
sa diversité aux générations futures.

La participation d'organisations, d'entreprises, et d'individus, afin d'atteindre ensemble un but commun.


Calendrier simplifié:

Hiver/été 2012: construction.
Été/automne 2012: entraînement sur le Richelieu et équipement..
Hiver 2012-2013: Finitions, équipement, entraînement.
Mai/Juin 2013 Départ de St John (départ pouvant être reporté à mai 2014 en cas d'imprévu majeur).


DSC 0056


Actuellement le rameur construit le bateau, à coté de sa maison non loin de Montréal. Les plans nous ont été fournis gracieusement par le cabinet B&G Yatch Design.

Ce bateau portera notre rameur par delà ses convictions, symbolisant les milliers de voix qui s'élèvent en faveur de nos océans. 

L'essentiel étant qu'il soit prêt en Juin 2012 afin de se préparer et de s'entrainer à la traversée qui débutera en Mai 2013.

 

 

1320745 304419106252150 264187033608691 1208035 1070402305


L'équipement:

La transmission des images et des commentaires du rameur via une liaison satellite permettra la mise à jour quotidienne d'une chaine télévisée et des sites internet partenaires.

Les liaisons satellites seront possibles grâce à un système de type inmarsat (ordinateur fournissant en direct les données GPS, images et commentaires,etc).

Nous souhaitons également l'équiper d'un micro sous-marin permettant d'enregistrer les groupes de dauphins et de baleines qui ne manqueront pas de croiser sa route, permettant ainsi aux gens de les entendre depuis chez eux, et de partager ces moments intenses.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article